• Pensées

    Toutes ces choses qui nous passent par la tête et qu'on a juste envie d'écrire...

  • Pour l'espoir.

    Chère moi,

    Fallait que je te dises, que je t'écrives ce que j'ai sur le coeur.

    Je tiens plus debout. Je suis cassée, fracassée. Comme un arbre creux. Je ressens plus rien. Une coquille vide. Mais je crois tellement en toi.

    À ce moment précis et alors que je suis dans une nuit sans fin, je me dis que tout est possible à nouveau, que tout est devant moi. J'ai besoin de cette force pour me relever après avoir perdu la personne qui m'emmenait vers le haut. C'est fou à quel point on se sent démunis. À quel point on a plus envie de dépendre de personne. Je veux être seule pour toujours, passer mon temps à entendre cette voix qui me détruis de l'intérieur. 

    Et pourtant.

    Pourtant je suis la à t'écrire, à faire comme si je te connaissais déjà et à toujours croire au bonheur. Comme si il y avait déjà un bout du futur en moi, un petit quelque chose qui me raccrochais à l'envie de vivre. 

    Pourtant il faut que je te dises que tout est possible. Que cet personne qui changera tout, qui redonnera confiance existe sûrement dans ces sept milliards et que tu l'as même peut être déjà rencontré. Tu me fais croire à l'amour, à l'espoir, à la lumière et aux sourires.

    Pourtant tu me fais croire à toutes ces belles choses qui font que je suis encore là. 

    Et je t'imagines lire cette cette lettre dans une rues pavés, bondé de monde et toi avec ton grand sourire qui ferai retourné qui ferai retourné du monde. Tu dois être heureuse la ou tu es, il me reste du chemin pour te retrouver. Je serais bientôt la. Je te le promet. Et toutes mes peurs, toutes mes angoisses débiles qui m'empêchent de vivre auront disparu. Je serais juste là. A ta place. Avec la certitude que le monde n'est pas aussi noir que je le vois aujourd'hui. Avec la fierté de me dire que j'étais à vingt mètres sous terre et que je m'en suis sorti à coup d'espoir et de croyances enfantines qui prouveront que tout ça c'était pas que des conneries.

    Qui montrerons à tout le monde qu'au fond, on peut s'aider tout seul, que tout ne dépend que de nous.

    Que pour vire heureux il suffit d'y croire, de le vouloir.

    Que t'as pas été forte pour rien mais pour être ce que tu es aujourd'hui.

    Et quand je te vois, que je t'imagines, je me dis que ca en vaut vraiment la peine.

    PS: Ne laisse plus jamais personne te faire devenir celle qui t'as écris.

    Et vis.


    votre commentaire
  • secours

    Des fois, j'aimerais réussir et avoir le courage de t'écrire une lettre avec tout ce que je ressent, tout ce que je pense et ce que je n'ai jamais osé t'avouer car je n'arriverai jamais à le faire en te regardant, en parlant et en affrontant ton regard. Des choses que j'avais caché au fond de moi pendant bien trop longtemps et qui sont ressorti d'un coup, comme ca, en avalanche de larmes. On mérite mieux, c'est sûr, mais je n'ai pas la force de me battre. Pour moi, il est déjà trop tard. J'aimerais être quelqu'un de courageuse mais je ne le suis pas. J'ai essayé de m'en convaincre et puis, je me suis rappelé certaines choses. Tu en as fais des erreurs...et je me demande si tu te l'avoues ou si tu continu ta vie comme si de rien n'était. J'aimerais te poser un tas de questions, te dire tout ce que j'ai ressenti mais tu n'es surement pas près à l'entendre. J'espère qu'un jour on se comprendra enfin car pour le moment je voudrais juste que tu comprennes que j'ai besoin d'être seule, loin de vous tous, vous m'étouffez.


    1 commentaire
  • Mon quart d'heure mauvaise foi

    Le zéro. Je me rappelle de mes années primaires. En CM2, quand le maître m'avait fait venir au tableau. Avant que la sonnerie retentisse, elle me demanda de résoudre un problème de mathématique. Face au grand tableau noir, la craie blanche dans la main, les regards persistants des autres élèves dans mon dos: je tremblais de tout mon corps. Le maître s'approcha. Je pensait vraiment qu'il venait pour m'aider, je me trompais. Il saisit une autre craie et commença et écrire avec. Je n'eu pas le temps de résoudre le problème avant qu'il finisse de tracer un zéro. Ce fut la note que j'eu malgré mes envies de réussir et d'apprendre. J'avais au fond de mon coeur une haine aussi forte que ma tristesse. J'ai ressenti exactement le même sentiment lorsque plusieurs personnes de ma classe ont eu la même note. Ils avaient pourtant essayé de bien faire avec les aides qu'ils ont pu trouver, une bonne dose de bonne volonté malgré les difficultés qu'ils ont pu rencontrer. Pour mettre un zéro, il faut un motif valable. On m'a toujours dit: «écrit quelque chose, ce ne sera surement pas parfait mais fait de ton mieux et tu verras, tu progresseras.» Mettre un zéro alors que l'ont à fait un travail de notre mieux est immorale. Mettre un zéro sans vrai motif et sans avoir écouté ses élèves coupe l'envie d'apprendre et peut dégoûter d'une matière. 

    Non, on ne devrai pas mettre un zéro si l'élève ne demande qu'a être aidé, poussé vers l'avant et du bon côté. Le zéro laisse des traces invisible même chez des adolescents. La note et même les professeurs ne devrai pas rabaisser les élèves. Choisir de mettre un zéro sans comprendre les élèves en difficulté et sans nous aider c'est choisir la facilité. 


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique